Il y a près de deux semaines de ça, soit vendredi 26 février en fin de matinée, nous atterrissons à l’aéroport de Séville. 2h30 de trajet depuis l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle avec Vueling, la compagnie aérienne espagnole.
Bon alors déjà, fin février, il fait pas très beau à Paris, il fait 10 degrés et le pauvre monsieur chouchou n’a pas pris sa grosse écharpe en laine. Il va s’en mordre les doigts parce que, arrivés à Séville, il fait 12 degrés et en plus de ça il commence à pleuvoir.
Je m’étais bien renseignée sur la météo et je m’attendais à ce que notre première journée soit un peu pluvieuse. Oh que non! Elle fut pire!

 

1ère journée – Arrivée à Séville

L’aéroport de Séville n’est pas très grand donc c’est assez facile de se repérer. Sitôt à l’extérieur, deux choix s’imposent pour nous rendre à notre hôtel : le bus côté gauche ou le taxi à droite. Nous choisissons de prendre le taxi question rapidité et surtout pour ne pas se perdre. Rappelez-vous, il pleut, il fait froid, c’est pas top pour partir à l’aventure.

Profitant d’une belle promo, nous avons séjourné dans le très agréable hotel 4* Silken Al-Andalus Palace, situé à 10 minutes en bus du centre-ville.
L’arrêt de bus est à 200 mètres à pied de l’hôtel.
Pour les footeux, un stade de foot se trouve juste à côté. Pendant notre weekend, il y a eu un match mais nous n’avons pas du tout été dérangés par le bruit donc c’était parfait.
Les réceptionnistes parlent français et sont très accueillantes. Elles vous donnent volontiers un max d’infos pour profiter de votre séjour. Important, si vous aimez rester connecté, le wifi est gratuit.

Hotel Silken Al Andalus - Séville Hotel Silken Al Andalus - Séville

Je reprends donc mon récit.
Après avoir déposé nos bagages et visité notre belle chambre, nous nous rendons au centre-ville. A ce moment-là, il y a de petites averses, mais ça va encore. On parcourt les premières ruelles, il y a des restos partout, mais, la barrière de la langue et la faim qui nous tenaille nous poussent à nous diriger au premier truc familier visible, un Burger King. Pas grave, ce sera plus simple pour commencer et on se rattrapera plus tard.

Repus, on se dirige vers la sortie du fast food. Manque de bol, il pleut des trombes!
Je sors le parapluie (oui, je l’avais prévu ) et, après quelques hésitations, on décide de “braver la tempête”. Le ciel est gris, il pleut, il y a beaucoup de vent, il fait froid, le parapluie est à deux doigts de se retourner! Mais qu’est-ce qui se passe, on est en Espagne tout de même!
On décide que finalement, on va rentrer. Il y a aucun plaisir à visiter quoi que ce soit dans des conditions pareilles!

De grosses flaques d’eau tapissent déjà le sol, si bien qu’à un moment donné un véhicule m’asperge d’eau sale. Génial! Retenez-moi, ou je risque de péter un câble!
On attend près de dix minutes à un arrêt de bus qui n’a pas d’abri. Décidément il commence bien ce weekend à Séville!
Le bus nous dépose près de l’hôtel. Bien évidemment, la “tempête” s’est modérée en petites averses inoffensives. Quelle poisse! Mais hors de question de braver à nouveau ce temps pourri qui risque certainement d’empirer!

On rentre et on ne sortira pas avant début soirée.
Ce soir-là, on ira manger dans un restaurant aux alentours de l’hôtel et conseillé par une des réceptionnistes. J’ai nommé le restaurant italien Al Gusto.
Ce restaurant propose pizzas, pâtes, mais aussi tapas à des prix très abordables. Personnellement, j’ai bien aimé leurs raviolis en sauce. Un petit bémol tout de même pour les pizzas dont la pâte était très cassante.

 

 INFOS TRANSPORTS A SEVILLE

Au départ de l’aéroport, le tarif du bus pour se rendre au centre-ville est de 4€. Comptez 25 à 30 minutes de temps de trajet en circulation fluide.
Pour le taxi, comptez environ 25 euros. Il s’agit d’un tarif forfaitaire.

Au cas où vous avez l’intention de séjourner dans le même hôtel que nous, les informations suivantes pourraient vous être utiles.
Pour se rendre à l’hôtel depuis l’aéroport, descendre à l’arrêt Prado de San Sebastian puis prendre les bus n°34 ou n°3 jusqu’à l’arrêt Avenida Holanda, non loin du stade Benito-Villamarín.
Pour se rendre au centre-ville depuis l’hôtel , prenez le bus n°3 (il est très fréquent) .Le ticket de bus coute 1,40€. Descendez à l’arrêt Paseo Colon (Jardines Cristina), non loin du Torre del Oro.

Voici une photo de ce monument ci-dessous pour vous repérer.

Torre del oro - Séville

El Torre del oro avec vue sur le fleuve Guadalquivir

 

2ème journée – Ballade au centre-ville de Séville

Le lendemain, le soleil apparaît et bien qu’il fasse un peu frisquet (à 13° on sort pas en débardeur non plus hein), c’est beaucoup plus appréciable pour se balader.
Je vous passe les détails du petit-déjeuner (oui on l’a pris dans un McDo, je sais…) mais c’était quand même bien bon. On a testé un Macmuffin avec des oeufs et du poulet, chose qu’on ne trouve pas en France, arrêtez-moi si je me trompe.

Nous nous promenons ensuite sur l’Avenida de la Constitucion, point central et très fréquenté où se mêlent touristes et Sévillans. D’ailleurs pendant notre séjour, nous avons souvent eu l’occasion d’y voir passer des manifestations en tout genre. C’était assez folklorique !
Sur l’avenue, vous trouvez plein de restos et quelques petites boutiques. Vous y trouvez également une Fnac.
J’ai beaucoup aimé passer par là pour ma part, entre la vue magnifique sur la majestueuse cathédrale de Séville depuis la Puerta De San Cristobal, et les nombreuses calèches qui déambulent autour des passants.

Avenida de la constitucion - Seville

avenida-de-constitucion- Séville

avenida-de-constitucion- Séville

avenida-de-constitucion- Séville

calèche à Séville

Une promenade en calèche ?

La cathédrale de Séville depuis la Puerta de San Cristobal

La cathédrale de Séville depuis la Puerta de San Cristobal

Nous passons également dans les rues “spécial shopping” je veux parler de la calle Sierpes et la calle Tetuán en parallèle. (Pour ceux qui ne le savent pas, calle signifie rue en français). Une écharpe achetée pour Monsieur et hop on repart flâner.

El Corte Inglés, l’équivalent de nos Galeries Lafayette, se trouve non loin de là, sur la Plaza del Duque de la Victoria.

Des saltimbanques, des musiciens, des chanteurs, des comédiens, des danseurs de flamenco… Les espagnols sont gais et de bons vivants c’est certain. Ah lala, il fait bon être ici à Séville, sous ce soleil qui nous réchauffe agréablement.

On déjeune au restaurant Cafe & Tapas, située dans une petite rue bondée de petits restos et bar à tapas, la calle Albareda.

Restaurant Cafes & Tapas - Séville
Tapas au restaurant Cafes & Tapas - Séville
Au menu, nous prenons des rations complètes de tapas (de vrais plats quoi! pas des amuses-bouches).
Je peux vous dire qu’on s’est régalés. C’était délicieux et copieux. On a payé une vingtaine d’euros pour nos plats accompagnés de verres de sangria. C’est la première fois que j’en goutais et franchement j’ai  beaucoup aimé. Très très raisonnable en somme.

Plus tard, on découvre las Setas (Metropol parasol), une sorte de grand monument représentant des champignons.

Las Setas (Metropol parasol) - Séville

Las Setas (Metropol parasol)

Sachez que pour seulement 3€ vous pouvez y accéder et avoir une vue imprenable de Séville. Vous avez également droit à une boisson dans le bar. Nous n’avons pas pu profiter de l’offre, faute de temps.
Si cela vous tente, il est recommandé d’y aller au coucher du soleil afin d’admirer les jeux de lumière. Ca doit surement être un beau spectacle je pense.

Nous continuons notre belle ballade en découvrant sur les places centrales, des danseuses de flamenco et beaucoup de groupes de jeunes danseurs qui bougent au son de la musique urbaine. Nous nous attardons un peu selon les spectacles. Certains nous scotchent littéralement, comme ce groupe de patineurs qui slaloment avec style et agilité.

representation-flamenco-rue - Séville demo-skate - Séville

Vraiment chapeau!
Le soleil se couche. C’était une chouette journée.

On se retrouve dans un prochain article pour vous raconter le reste de mon weekend à Séville. Au programme, visites de quelques lieux incontournables de Séville et autres découvertes culinaires.
A très vite!

Partager :
  •  
  •  
  •  
  •